Risques à motos : des initiatives de changement dans le métier

tuk-tuk-mototaxi

Le danger est omniprésent sur les routes et certains véhicules y sont plus exposés que d’autres. La sécurité des motos est souvent au centre des débats visant à améliorer le quotidien de la population. Ce débat existe dans tous les pays du monde, ceci, malgré les efforts des concessionnaires et ingénieurs. Néanmoins, ces débats  ont débouchés sur des solutions efficaces, dont voici les idées qui reviennent le plus fréquemment.

Risques courants

Plusieurs pilotes de mototaxis relatent les faits de fatigues lors de séances d’attentes, notamment lors des transferts à partir de l’aéroport. Une fatigue générale peut être provoquée par un manque de sommeil accompagné par des journées stressantes, est dangereuse pour tous les usagers de la route.  Il va de soi qu’une fatigue générale n’est jamais agréable à vivre, et c’est pire avec les professionnels des transports. Le bien être physique et mental assurent l’équilibre sr la moto. Physique et mental jouent un rôle essentiel pour le motard qui assure la tenue de son équilibre sur la moto, en attendant la technologue avancée qui provoquera cela.

Ces états de fatigues, plus que la régularité du temps de parcours, devrait inciter à ralentir, ce qui n’est pas toujours le cas. La conduite d’un deux-roues crée des automatismes et de prises de risque rendues moins anormales par l’habitude. La plupart de ces automatismes disparaissent quand le motard est sujet aux fatigues. Une remise en cause régulière du pilotage ainsi que l’inscription à des stages de pilotage favorisent la sécurité. Si les sensations que procure l’essorage de la poignée donne des envies de recommencer, mieux vaut opter pour l’utilisation d’un circuit sécurisé.

La bonne attitudetuk-tuk-mototaxi

Le transport à moto permet aux clients de bénéficier de différenciation, par rapport aux autres usagers.

Il faut que transporteurs évitent de se laisser quand ils sont en motos et s’adonner à une agressivité injustifiée. En effet, bruits excessifs de moteur, excès de vitesse, klaxon incessants et sont d’autres facteurs qui, en plus d’accélérer l’usure de moto, irritent les passants et même les clients, dans la situation où il s‘ agit du transport de personnes à titre onéreux. .Malgré une tenue vestimentaire avec combinaison, casque, qui peut être pénible à supporter les jours d’été, la plupart des motards préfèrent transpirer plutôt que risquer des  blessures menant à un handicap à vie. Le manque de protection, comme les brûlures profondes de second et troisième degré, résultent sur des accidents avérés, et nécessitent notamment des greffes de peau sur le visage et d’autres séquelles.

En d’autres termes, l’attitude agressive, méprisante et provocante sont à prohiber sur une deux-roues en période de travail.

Conclusion

Il ne faut pas faire des motos en tant que professionnel si on a une attitude agressive ou vindicative. Sans mener des investigations psychologiques qui dureraient encore des années avant de fournir les résultats probants, il faut prohiber l’agressivité quand on est au guidons Il serait bien que les test d’aptitudes à la conduite soient accompagnés d’une jauge pour souligner l’agressivité, cela rendra service aux usagers de la route.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *