Nosybe : L’île des taximotos de Madagascar

tuk-tuk-moto

 La ville de Nosy-Be située au nord de Madagascar ne cessera jamais de surprendre les visiteurs. Les  touristes continuent de venir en masse malgré les mesures restrictives. Le nouvel arrivant y constatera que la ville émet  couleurs et parfums des plus enivrantes.  Actuellement, une trouvaille y fait fureur: « le taxi-moto » semble avoir la côte. Il témoigne encore, une fois du fait que les taximotos est une solution de transport adapté aux pays africains.

Mototaxi en Afrique

La mototaxi a investit les rues africaines depuis les années 80. Très courante au Bénin, à Yaoundé et dans le sud du bassin du Congo, le transport moto aide au désenclavement des zones reculées en permettant aux habitants de voyager à un prix loin d’être dérisoire, pour un trajet de 40 kilomètres sur des routes de terre. Ce moyen de circulation permet le transport des marchandises, déplacement des ruraux qui désirent écouler leurs produits frais ou pour aller à l’école. La mototaxi n’est pas qu’un service de transfert rapide en Afrique. Elle est un élément essentiel de la culture locale et du développement de la vie des usagers. La mototaxi a investit les régions urbaines, les zones les plus reculées, mais également les lieux de villégiature préférés des touristes : les plages paradisiaques et autres attractions.

Taxis de Nosybe

Ces taxis moto de Nosybe sont au nombre de trente. Les véhicules sont la propriété d’un opérateur local. Ayant constaté la hausse du nombre de taxis de luxe, cet opérateur a commandé des bajaj.  Apparemment, les représentants ont pu constater que malgré le surnombre des taxis de luxe, les habitants et touristes se sont rapidement adaptés aux taximotos à trois roues. Nosy-Be est une île du Nord-Ouest de l’Île, destination incontournable pour les touristes en majorité européens. Les membres de la diaspora malgache et les personnes ayant les moyens nécessaires profitent également des attractions de l’Île au parfum. Un malgache aux revenus moyens ne peut, raisonnablement pas profiter sauf à l’ occasion d’une assemblée cultuelle.

Depuis quelques temps, les taxis à trois roues de couleur jaune, comme ceux de la région d’Antsiranana, ont commencés à sillonner la ville. Ils sont disponibles  de jour comme de nuit. Selon les explications d’un représentant de la municipalité, ces véhicules possèdent deux banquettes. L’une est situé à l’avant pour le chauffeur et l’autre à l’arrière pour les passagers.

Avantage des mototaxis de Nosybetuk-tuk-moto

Des touristes n’hésitent pas à les utiliser, surtout, à cause du prix qui est deux fois moins cher par rapport à celui du taxi classique. Les taxis à deux roues sont notamment sollicités sur le port. En effet, la population se laisse séduire par ce moyen de transport nettement pus rapide. Ce nouveau mode de transport convainc toute la population, pas seulement les touristes. Beaucoup plus rapide et adapté aux besoins des personnes, la mototaxi évite les surcharges, et ceci n’est pas qu’une question de bonne volonté. En effet, c’est un véhicule qui ne peut pas recevoir  des charges supplémentaires. Il peut risquer de ne pas pouvoir effectuer les trajets comme il se doit.

Selon des habitants, la grogne des taxis commence à se faire entendre avec ces taxis à trois roues. La situation ne plaît pas aux conducteurs  des anciens taxis de Nosy-Be. Des chauffeurs transporteurs deviennent agressifs et revendiquent des droits  à cause de charges supplémentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *